L’Oeil du mal – D. J. Caruso

L’Oeil du mal – D. J. Caruso

Arrête un peu ta parano ! Depuis le 1er décembre 2008 sont installés à la station de Métro Charles-de-Gaulle Étoile des panneaux numériflash, c’est-à-dire des panneaux publicitaires interactifs ou « mobiliers de communication numérique »[1] qui diffusent à...
The Driller Killer – Le premier homme dans l’histoire

The Driller Killer – Le premier homme dans l’histoire

Dans un article sur King of New York, Nicole Brenez estime à juste titre qu’« il ne s’agit pas de dire que le film puise sa structure figurative dans Hegel : il est sûr en revanche qu’il la retrouve » , énonçant ainsi un parti pris méthodologique fertile en termes d’interprétation. J’entends montrer à partir de The Driller Killer que la conception dialectique hégélienne de l’histoire comme accomplissement de l’Esprit est utile à la compréhension des schèmes figuratifs ferrariens, essentiellement à travers l’analyse du rapport entre les différents moteurs de l’histoire.

Penser avec la science-fiction – Fredric Jameson

Penser avec la science-fiction – Fredric Jameson

Six mois après la publication des Archéologies du futur, les éditions Max Millo publient une nouvelle et passionnante traduction du théoriciens marxistes Fredric Jameson (auteur entre autre du fameux Postmodernism, or the cultural logic of late capitalism). Ce nouveau tome, Penser avec la science-fiction fait de divers textes sur des écrivains et/ou oeuvres de SF, vient compléter les Archéologies…, tout en entretenant un passionnant dialogue sur l’imagination utopique, par des exemples spécifiques.

Penser avec Philip K. Dick

Penser avec Philip K. Dick

Philip K. Dick est assurément l’écrivain de science-fiction le plus célèbre et le plus important. Mais il représente aussi une étape cruciale dans l’évolution du cinéma de science-fiction en général, alors qu’il continue encore régulièrement d’inspirer le cinéma américain.

Monte Hellman – Le portrait de l’artiste en conducteur

Monte Hellman – Le portrait de l’artiste en conducteur

Parler des films de Monte Hellman, aujourd’hui, reste une épreuve, particulièrement pour un critique français. Il est vrai que le succès parisien de The Shooting et de Ride In The Whirlwind a beaucoup aidé la production de Two-Lane Blacktop (Macadam à deux voies), et que son auteur doit beaucoup à quelques auteurs européens, naturels ou d’adoption (Sartre, Rivette, Bresson, Beckett, Camus)…

Crash ! – J.G. Ballard

Crash ! – J.G. Ballard

Dimanche 19 avril 2009, l’écrivain J.G. Ballard, âgé de 78 ans, décédait d’un cancer de la prostate. Quelques semaines auparavant, nous lui rendions déjà hommage en reconstituant une préface morcelée et jamais éditée dans son intégralité, celle de son plus fameux roman : Crash !

Cette préface écrite par J.G. Ballard pour son roman Crash ! s’appuie sur deux sources : l’édition française du roman en poche dans la collection « Folio » et la retranscription partielle qu’en a fait Le Magazine Littéraire dans son numéro consacré à la science-fiction (n°88) datant de mai 1974 à partir de la première édition française, chez Calmann-Levy. Chacune de ces sources semblant incomplète, le texte intégral de Ballard reste inaccessible. C’est pourquoi, il nous est venu le désir d’offrir la version la plus complète possible de ce texte, et ainsi d’en offrir une version unique.

Godard et la passion du ratage

Godard et la passion du ratage

« Duras : […] ça m’a fait plaisir qu’on se revoie.
Godard : Moi aussi. C’était bien, c’était nécessaire.
Duras : On a quand même dérangé la télévision !
Godard : On est fort pour ça. C’est comme deux rochers qui font appel à un entrepreneur. Mais il me reste un sentiment d’insatisfaction : celui de n’avoir pas pu faire ce que je sais faire et toi de n’avoir pas fait assez ce que tu ne sais pas faire.
Mais c’est déjà ça. »
Duras/Godard, 2 ou trois choses qu’ils se sont dites, émission Océanique 28 décembre 1987

Pour en finir avec le cinéma expérimental

Pour en finir avec le cinéma expérimental

« Le cinéma expérimental est personnalisé par un manque total d’humour, de regard sur la société et surtout de curiosité des autres. Ce qui me fait penser que si le cinéma expérimental était une pratique sexuelle, ce serait la masturbation. » Yves-Marie Mahé